Pour plus d'actualités RV sur notre page
 


L'Association

- Qui sommes nous ?

- Nos 2 missions

-Tudjentil=Gentilhommes

- Breizh = Bretagne

- Publications de l'ANB

- Drapeau de l'ANB

- Timbre de l'ANB

- Communiqués de l'ANB

- Devenir Membre


Noblesse Bretonne

- Familles Subsistantes

- Devises de familles

- La noblesse bretonne dans l'Histoire

- Liens vers autres sites

Histoire de Bretagne

Cinq dates-clés :

- 845
- 1488
- 1532
- 1789
- 1941

Hymne Breton

Bro Gozh ma Zadou

Langue et Culture Bretonne


- Du royaume au duché

- De la révolution au XIX°

- Le vingtième siècle a feu et a sang

- De la IV° à la V°
République :


- L’aube de l’espoir :

Les Filières bilingues

- Diwan
- Div Yezh
- Dihun

Nous contacter ...


 Free PageRank Meter for anb.asso.free.fr

 

Bienvenue sur notre site !

Dernière mise à jour : 12/10/2014

Degemer mat !

Nombre de visiteurs :

Cliquer sur l'image ci-dessus pour télécharger gratuitement en PDF le LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE (96 pages) : mémoire présenté au nom des Bretons à Bruxelles en Septembre 2009 au Congrès de l'Union Fédéraliste des Communautés Européennes (UFCE).

La Grande-Duchesse Charlotte de LUXEMBOURG : une digne descendante d'Anne de BRETAGNE

Une intéressante émission de SECRETS d’HISTOIRE (présentée sur france2 par Stéphane BERN) a été consacrée Mardi 2 Septembre 2014 à la Grande-Duchesse Charlotte de LUXEMBOURG, descendante d’Anne de BRETAGNE par sa mère la princesse Maria-Anna, Infante du Portugal.

http://www.france2.fr/emissions/secrets-d-histoire/diffusions/02-09-2014_258187

La Grande-Duchesse Charlotte de LUXEMBOURG qui s’est illustrée pendant la seconde guerre mondiale comme résistante à l’occupant allemand est en effet à ce titre considérée dans son pays comme l’équivalent du Général de GAULLE pour les Français …

Rappelons en parallèle de l’histoire de son aieule Anne de BRETAGNE que jusqu’en 1890 il y avait un régime d’union personnelle entre les Pays-Bas et le Luxembourg : le roi des Pays-Bas était aussi le souverain du Luxembourg. A cette date le Grand-Duché passa à une branche cadette des NASSAU (famille régnante des Pays-Bas) : c’est cette règle de séparation des couronnes de France et de Bretagne qu’instaurait précisément le contrat de mariage d’Anne de BRETAGNE avec le roi Louis XII …

NB : La princesse Marie-Astrid de LUXEMBOURG (petite-fille de la Grande Duchesse Charlotte de LUXEMBOURG) s’est rendue le 26 Juillet dernier à l’invitation de l’évêque de VANNES Mgr Centène (http://www.agencebretagnepresse.com/article.php?id=34774) au pardon de Sainte-Anne d’Auray avec son époux Son Altesse Impériale l’archiduc Karl-Kristian d’AUTRICHE (lui aussi descendant d’Anne de BRETAGNE par sa seconde fille Renée) ici au mariage de leur fils Cristoph de Habsbourg-Lorraine à Nancy le 29 Décembre 2012 :

 

Un timbre officiel en 2014 sur Anne de Bretagne : première victoire pour le Collectif ANNA VREIZH 2014 (co-fondé par TUDJENTIL BREIZH)

(Article paru dans le quotidien Ouest-France du Jeudi 12 Septembre 2013)

Lire notre communiqué publié par l'Agence Bretagne Presse :
http:// www.agencebretagnepresse.com/ fetch.php?id=28117

ANNA VREIZH 2014

Pour rejoindre le Collectif ANNA VREIZH 2014 sur FACEBOOK (plus de 800 membres) => Cliquez sur l'image ci-dessus

Cliquez et signez notre pétition en ligne :

Rendez aux Bretons le reliquaire du coeur d'Anne de Bretagne !

Reliquaire Coeur Anne de Bretagne

"Dorme son coeur bordé d'or, reviendront les siècles d'or, cent fois mille et mille aurores encore " (Tri YANN)

 

 

18 Juin 2011 : Prise de possession au nom du peuple breton du Château des Ducs de Bretagne

Voir la vidéo de 10 mn sur notre page Facebook publique / cliquez sur : video_18_Juin_2011

Lire notre communiqué de presse publié par l'Agence Bretagne Presse : communique_18_Juin

 

 

Des 3000 familles nobles bretonnes qui existaient à la veille de la Révolution, il en subsiste aujourd’hui un peu moins de 400 qui représentent cependant à elles seules près de 10 % des familles de la noblesse française subsistante dont une partie relativement importante de très ancienne noblesse (noblesse chevaleresque : antérieure à 1400)

Quelques familles nobles bretonnes ont accédé à la notoriété en fournissant notamment des marins qui ont laissé leur nom à des archipels désolés (Kerguelen) à des îles du Pacifique (Kermadec) voire même à des stations de métro (La Motte-Picquet) . Des recherches historiques récentes ont remis à l’honneur des nobles bretons injustement oubliés tels que René Madec (devenu Nabab aux Indes) le chevalier de Saint-Alouarn (découvreur de l’Australie) ou le chevalier de Kerlérec (dernier gouverneur de la Louisiane)

Aujourd’hui des personnalités de la voile comme Olivier de Kersauson de Pennendreff ou Raphaela Le Gouvello du Timat, issus tous deux des plus vieilles familles bretonnes, perpétuent cette tradition des aventuriers de la Mer tandis que des personnalités politiques comme Gilles de Robien ou le Duc Josselin de Rohan (ancien Président du Conseil Régional de Bretagne) perpétuent la tradition de serviteurs de l’Etat initiée par les Connétables du Guesclin ou Arthur de Richemont (futur Duc Arthur III de Bretagne)

Raphaela Le Gouvello : première femme à avoir traversé l'océan Atlantique, l'océan Pacifique et l'océan Indien (Juin 2006) en planche à voile !






D'après un sondage de Bretagne Magazine N° 21 (Eté 2003), Olivier de Kersauson a été élu le meilleur ambassadeur de la Bretagne !

Aotrou Josef (1889-1975)

Cependant la plupart des familles nobles bretonnes actuelles encore bien enracinées dans leur terroir d’origine n’ont qu’une notoriété locale reconnue et respectée par la population rurale environnante. On pourrait d’ailleurs reprendre à leur sujet ce jugement d’Ernest RENAN émis au XIXème siècle : "la noblesse, vraiment bretonne comprenait les chefs de paroisse, les premiers du peuple , de même origine que lui, possédant par héritage le droit de marcher à sa tête et de le représenter. Rien de plus respectable que ce noble de campagne quand il restait pauvre, étranger à l’intrigue et au souci de s’enrichir" (Souvenirs d’Enfance et de Jeunesse). Jugement conforté par l'historien Augustin THIERRY (1795-1856) qui se déclarait frappé d'observer que "les gens du peuple en Basse-Bretagne n'ont jamais cessé de reconnaître dans les nobles de leur pays les enfants de la terre natale : ils ne les ont jamais haï de cette haine violente que l'on portait ailleurs à des seigneurs de race étrangère, et sous ses titres féodaux de barons et de chevaliers, le paysan breton retrouvait encore les tierns et les mac-tierns des premiers temps de son indépendance"